L'interview d'actualité - Mathias Wargon

bonjour Mathias wargon bonjour alors il y a des fermetures partielles ou au total de service d'urgence à Carpentras vitrées Argentan mais aussi Carhaix Pontivy Lannion Guinga je pourrais continuer comme ça assez longtemps parce que ça pourrait concerner une centaine de villes alors comment est-ce qu'on en est arrivé là bah c'est pas une nouveauté déjà l'an dernier on avait vu qu'on avait commencé à avoir des services d'urgence qui fait mais ou qui fermaient pas mais qui régulait leurs entrées notamment le CHU de Bordeaux on avait beaucoup parlé et là depuis le printemps alors si on a eu cet hiver mais vraiment depuis le printemps ça explosé il y a de plus en plus de services d'urgence qui ne ferment pas complètement mais qui régulent leurs entrées soit en recevant que les patients très graves soit de façon assez paradoxale en recevant pas les passions graves donc vous dites depuis le printemps pourquoi depuis ce moment-là qui a limité la rémunération des intérimaires et cela on sont partis de nos services enfin de nos services moi j'en ai pas heureusement mais de certains services et donc on laissait une zone un peu désertifiée en médecin et puis on a aussi les infirmières les aides-soignantes qui fuient les services alors à la fois à cause des conditions de travail dans ces services d'urgence qui ceux qui restent ouverts prennent la charge de ceux qui ferment ça va être un effet domino parfaitement et puis il y a aussi une fuite des personnels soignants depuis le covid alors est-ce que ça va s'aggraver parce que là on voit pas du tout comment est-ce que les choses pour aller mieux bah moi non plus en fait je ne sais pas si ça va s'aggraver si ça va rester stable si des gens vont revenir mais non on n'imagine pas que ça va aller mieux les services d'urgence qui reste complètement ouvert alors ces variables mais moi par exemple en Île-de-France hier j'ai battu un de mes records encore une fois un lundi après le 14 juillet normalement la situation doit se calmer on a fait plus de 220 passages c'est juste pas gérable et mes équipes elles sont au bord de l'épuisement quoi justement que vous dise vos équipes physiquement et donc le risque c'est que le jour ils en ont trop marre ils manifestent plus hein ils s'en vont avec les pieds mais c'est même pas une question enfin on pourrait se dire quand on prend un volume pareil tous les jours moi mon service il est pas dimensionné pour ça on a suffisamment de médecins suffisamment d'infirmière enfin on est en train d'embaucher des infirmières donc mais là on peut pas quoi c'est comme si j'avais un petit une petite camionnette et qu'on demandait de prendre ce qu'il y a sur un 30 tonnes c'est juste pas possible et le temps de construire le 30 tonnes ça va pas gérer donc il faut à la fois qu'on épargne et service d'urgence mais je sais pas comment que il y a une partie en ville et que peut-être les gens se prennent en main aussi parce qu'on a beaucoup de patients qui viennent pour pas grand chose il faut le dire aussi téléspectateurs qui on vous dit il faut faire le 15 le problème c'est que le 15 il est engorgé je pense que les gens ils savent un peu quand c'est grave quand c'est pas grave faut pas non plus alors quand vous pensez que c'est grave faut évidemment appeler faut pas hésiter mais on le sait très bien et puis après il y a des il y a une réforme de fond à faire en fait on a fait les 40 propositions de Braun l'an dernier du ministre l'an dernier donc essentiellement pense qu'à marcher c'est augmenter les gardes mais pour l'instant c'est pas c'est pas pérenne c'est à dire que c'est reconduit de trimestres en trimestre et là on sait pas si ça va rester pérenne on devrait des mesures de fond il faudrait à la fois des mesures de fond sur les rémunérations il y a une grève de pH de praticien hospitalier début juillet donc des gens qui pensent qu'ils sont pas assez bien payés par rapport à ce qui pourrait gagner en partant de l'hôpital et puis par rapport aux nouveaux praticiens hospitalier et puis on a les infirmières qui également fuient l'hôpital parce qu'elles sont pas assez bien payées mais aussi parce que leurs conditions de travail sont pas correctes et puis il y a qu'est-ce qu'on fait en ville il y a des zones où il y a pas de médecins mais il y a des zones on pourra voir ce qu'on appelle des infirmières en pratique avancées mais le Conseil de l'Ordre les syndicats de médecins sont vend de beaucoup donc voilà mais là enfin vous dites que la situation est extrêmement tendue aux urgences et pourtant on en est un ministre de la Santé qui nous dit que les difficultés cet été sont moindres qu'en 2022 et qui il parle pas de fermeture François Braun mais d'accès régulier de réorganisation qu'est-ce que vous dites vous quand vous entendez il est ministre il va pas vous dire c'est la catastrophe il est pas là pour ça je pense que François Braun il joue un peu sur les mots là sur la régulation en fait la réalité là à la réalité elle est que c'est réglée dans le Grand Est la région de François Brune que je connais bien par ailleurs donc c'est pas c'est beaucoup d'urgence régulée beaucoup d'urgence qui reportent une partie de leur charge sur d'autres services d'urgence des SAMU en difficulté donc il le sait bien mais qu'est-ce qui peut dire et de toute façon il va falloir à un moment qu'on se pose la question de qu'est-ce que c'est que notre système de santé qu'est-ce qu'on va en faire et ça c'est un problème de citoyen c'est même pas un problème de médecin mais justement les citoyens ce qu'on doit s'inquiéter nous pour notre santé alors pour votre santé non mais enfin c'est les gens les plus graves qui doivent s'inquiéter le citoyen des opérations chimiothérapie alors il y a eu il y a eu des histoires comme ça de chimiothérapie reportée donc là c'est gravissime oui tout à fait mais ça ça plus rien à voir avec les services d'urgence l'été on ferme aussi des lits pour permettre aux personnel de pouvoir partir en vacances et donc là où nous les urgentistes on se dit bon on a peut-être un peu moins de patience hospitalisés quand même on va respirer bah non respire pas parce qu'on a moins de lits avales mais on est quand même un pays on peut se poser des questions on est un des pays où il y a le plus de lits par habitant alors vous parliez justement des fermetures de lit on a vu dans le journal hier à Douai le témoignage l'infirmier qui a dit d'impatient il est là depuis 22h il sera encore là demain matin quand je vais revenir tout ça il faut s'attendre à passer d'urgence mais c'est pas dû uniquement au manque de personnel c'est pas dû à ça c'est une désorganisation des hôpitaux qui ne se sont jamais mis jamais mis au service des patients qui arrivaient aux urgences il est très fréquent quand on est urgentiste moi ça fait très longtemps que je suis urgentiste qu'on dise c'est des patients des urgences c'est pas des patients de l'hôpital non c'est les patients de l'hôpital et donc il y a une lutte entre les patients dit programmés c'est à dire que les le médecin des étages des spécialistes aiment bien puis les non programmés qui sont souvent plus vieux un peu plus pathologiques et ces patients là il faut les réorganiser ce que dont c'est aperçu avec la loi riste c'est-à-dire la loi qui limite les salaires des enfin les rémunérations des intérimaires c'est qu'en fait on faisait venir des intérimaires pour pas trop se poser de questions à la fois sur l'organisation interne des services d'urgence et l'organisation de l'hôpital et est-ce qu'il était il s'était mis en ordre de marche pour se voir recevoir les patients qui arrivaient de façon non programmer c'est à dire les patients des urgences alors juste une dernière question donc là on a une vague de chaleur qui touche la France on a beaucoup de patients encore qui vont arriver alors c'est plus la canicule de 2003 parce que on s'est quand même bien habitué depuis 20 ans mais oui on a plus de personnes âgées parce que elles sont un peu plus déshydratées oui tout à fait et quelques conseils rapidement pour pour éviter que vous ayez besoin d'un médecin pour vous dire de vous hydrater de rester à l'ombre et d'être au frais c'est quand même dramatique non non mais c'est vraiment dramatique qu'on pense qu'il faille un médecin pour dire aux gens de pas sortir courir quand il fait chaud ou il passe s'exposer au soleil trop longtemps c'est quand même le point où la société quand même ne peut pas se prendre en main quand même donc moi je refuse de donner des conseils canicule vous devez pouvoir le faire tout seul vous votez renseignez-vous tout seul bon en tout cas on rappelle toujours qu'en cas de canicule il faut bien s'hydrater pas sortir aux heures les plus chaudes merci beaucoup Mathias wargon d'avoir été avec nous donc je rappelle que vous êtes chef des urgences et du SMUR ce sont les structures mobiles d'urgence et de réanimation du centre hospitalier de La Fontaine qui se trouve en Seine-Saint-Denis bonne journée à vous merci beaucoup