Que dit le Covid-19 de notre société ? – Contrepoints de la Santé – Juin 2022

[Musique] bonjour à toutes et bonjour à tous et merci de nous retrouver au contrepoint de la santé sur un thème qui n'en finit pas de nous bousculer que dit le co vide de notre société quelles sont les questions essentielles sur la situation globale que nos sociétés communautés traversent et par là même quelles conséquences pour notre vie en société et notre santé l'état et le quoi qu'il en coûte on sortira t'il grandi ou abîmer les français comprennent mieux le rôle et les missions de l'état en matière de santé et de prévention en particulier la solidarité où l'individualisme qui a gagné on verra dans le sondage bva cody le peixotto nous présentera tout à l'heure que c'est pas si simple le débat scientifique at il malgré tout plus de cohérence aujourd'hui après les extravagances pendant deux ans les agences régionales de santé bras armé de l'état et les collectivités territoriales vont elles renforcées ces nouvelles collaborations qu'elles ont développé pendant la crise le coupe des concentrations décentralisation et il en marche la sécu et l'assurance maladie ont elles redynamiser leur image aux yeux de la population l'acceptation sociétal du coc vie sera t-elle finalement c'est de la grippe et sa mortalité qui n'est pas négligeable la perception aiguë de la fragilité et la fragilité impressionnant du système de santé vet elles permettent une profonde et salutaire aux fondations ce sont tous ces sujets dont nous débattrons avec nos invités sans oublier de s'interroger sur cette septième vague actuelle et les mesures d'urgence à prendre en début d'été est aussi on s'interrogera sur la vague de l'automne que nous annonce et enfin aussi sur la vaccination et la résistance du système de santé pour en débattre merci messieurs d'avoir accepté notre invitation jean françois delfraissy qui est un habitué des contrepoints de la santé qui venu plusieurs fois et donc le président du conseil scientifique covit 19 et président du comité consultatif national indique gérard raymond patients et surtout président de france aso santé et gaëtan casanova un encore jeune médecin qui était président de l'is ni l'intersyndicale nationale d un terrain ce débat est enregistrée le ce mercredi 29 juin dans la matinée au café de flore à paris merci à nos partenaires bv un goût pasteur mutualité metronic point vision et caire pascal première question merci bonjour à toutes et à tous oui que l'on là sont inquiètes ou qu'on le déplore effectivement notre rencontre mais c'est l'actualité vient évidemment à point on pourrait peut-être déjà commencé comme cela philippe le rappel septième vague de ce qu vides d'autres risques épidémiques émergents nous sommes donc heureux dont dialoguer sur le fond avec chacun d'entre vous avec vous en particulier jean-françois delfraissy je dois dire que nous savons que vous revenez des états unis et vous avez fait le point aux états unis vous avez regardé peut-être ce qui se passe vous avez rencontré des personnalités américaines sur ces sujets là et notamment vous avez sans doute perçu les évolutions les prisons charge mais aussi le comportement de la société américaine par rapport à la nôtre oui j'ai été durant une semaine à la fois pour des raisons familiales et voilà j'en ai profité pour faire un peu un tour des popotes présenter un peu ce qui avait été la réponse française avec ses bons côtés ses côtés plus grandes universités américaines à new york et washington ont rencontré le patron du annette chauny qu il faut aussi que je connais depuis depuis longtemps vous le savez et faire un peu le point de ce qu'on trace de ce pays tous or l'innovation et chaque fois qu'on revient des us on est on est frappé par par ce caractère là les vaccins bien des états unis même s'ils ont été pompés un peu sur des start up qui est qu'ils venaient d'europe mais ils ont été fondamentalement venant des états unis le seul traitement antiviral qui est à votre disposition pas que celui de bien des us aussi et dans le même temps si on regarde sur le critère je ne suis pas là pour juger des réponses des pays y compris la france fut un acteur donc c'est difficile de se juger soi même mais si on regarde sur le marqueur qui est le marqueur finalement de quel diminution de la durée de vie dans les pays liés aux cabines et on est frappé par le fait que la france est à -0 4 à peu près au même niveau que l'allemagne que l'italie et l'espagne sont pas moins 0,9 et que les l'angleterre est un moins 1,3 donc de perte de durée de vie de la surveillance sur les deux ans qui viennent en population générale est que les états unis sont à moins de 2,1 c'est à dire que ce pays qui est le pays de l'innovation est le pays qui en termes d'apport de la santé aux populations aux citoyens et celui qui fait très bas alors il ya eu bien sûr l'épisode train mais pas que parce que lorsqu'on a day ce qui se passait beaucoup de discussions avec les collègues mais avec un là dessus évidemment les blancs sont à peu près au niveau européen les noirs sont à peu près au niveau également des de la population blanche et c'est la population la plus précaire en ce moment aux états unis qu'est la population hispanique et en particulier non seulement mexicaine mais arrive en amérique du sud qui a été le plus touché est qu à une perte pourquoi parce que c'est un nom maxi aux yeux et qu'en disent les médecins américains vous les médecins américains étaient par ailleurs un bon les universitaires avec un jeune rencontré le médecin l'homme d'américains soyons clairs mais sait il était aussi dans autre chose dans ce qui nous a beaucoup parce qu'il nous interpelle également en france c'est cette décision de la cour suprême au niveau de finalement de l'avortement de l'accès à l'avortement qui ne sera plus donc une notion de l'état américain mais qui sera laissé au jugement de chacun des états fédéraux américains et donc avec toutes les questions localement qui se pose et qui reviennent et on revient toujours ça dans les grandes crises dans les grands trucs de société a finalement des populations les plus précaires sont sont toujours les plus touchées par les grandes crises etc les citoyens qui ont peu accès aux soins des usagers de santé zumba est d'accord là dessus qu'ils ont peu accès aux soins qui sont toujours les plus touchés donc c'est une grande leçon si ce qu'il faut retenir enfin moi c'est ce que dit kobe de notre société ça c'est que les idées était de santé de nouveaux ont été très importantes alors si on regarde ce qui se passe en france et plus de lancers c'est plus de lancers mais je pense que d'autres pour mais aussi répondre à cette question en verront peut-être des visions différentes si on regarde par exemple en termes de mortalité morbidité en particulier lors de la première vague qui a été la plus sévère oui parce que les conditions sociétal font qu'il était plus difficile de rester confinés dans un dans une pièce dans la banlieue nord de marseille que que dans un cinq pièces dans le 7e arrondissement à paris donc on revient bien assez à ces notions là à l'avers si elle colle un très gros effort de fait delà de la part de l'ensemble de notre société de vous tous mais très gros effort pour aller vers aller vers aller vers aller vers les populations les plus fragiles et en particulier dans 9 3 disons le et avec quand on regarde sur l'accès à la vaccination inquiets l'accès à l'innovation finalement et bien la disparité entre populations les plus précaires et la population générale elle est relativement faible en france à dire que on a un système qui nous coûtent cher b sur lequel on n'insiste pas assez enfin c'est comme les chiffres de 2 041 brisé je les trouvais on ne trouvera pas le monde qui est suivi cette crise de façon extraordinaire il n'a pas mis un mot là-dessus c'est à dire que la france se situe quand même faut de temps en temps arrêter de se tirer une balle dans le pied et et dire que le modèle français est assez faut tirer dessus toujours mais à force de tirer dessus il est quand même il a répondu hélas réunion était au rendez vous mais pas que les soignants le site sa leçon a été au rendez gerin gérard raymond eddé le point de vue des jets difficile où elle n'est pas sûre mais qu'est ce qu'il faut retenir quand même sociétalement parlant de cette crise deux emprunts peu désordre et les usagers de la santé même si le mot est pas très beau pas très beau mais il englobe quand même l'ensemble effectivement des personnes qui moment donné on doive avoir accès au système de s'intéresser plusieurs jeux qu'effectivement les patients oui notre constat est partagé d'abord on a bien vu qu'on avait eu un déni de démocratie en santé au moment du premier du premier confinement cette démocratie en santé qui se mettaient péniblement en place a été totalement balayé et on n'a rien demandé effectivement aux citoyens et aux patients et aux usagers de la santé est encore au moins une structure représentative de ces deux de ses usagers de la santé que ce soit les ses débuts dans les établissements y compris la la la la structure que je représente donc il ya eu un délit on a on a subi une une décision extrêmement importante ensuite effectivement il ya eu un ressaisissement il ya eu une réflexion au milieu du milieu associatif et comme le dit le professeur delfraissy ce sont développées des actions de solidarité d'aller vers les communautés des uns des autres particulièrement effectivement vers les plus défavorisés pour essayer de d'atténuer 7,7 cette peur qui étaient là l'autre à ce moment là et essayer de prendre en charge de bien veiller et d'être bien auprès de l'ensemble de cette communauté la caisse que c'est perdu sa part les usagers sortie cette progression se met aujourd'hui aujourd'hui c'est perçu il ay ay ay parce que le sondage nous le montrera on voit bien qu'il ya eu quand même une ya une rupture de confiance aujourd'hui de la part des usagers de la santé des citoyens sur le sur le pouvoir sur le pouvoir sanitaire l'organisation sanitaire on a gardé notre confiance aux individus j'ai confiance aux médecins j'ai confiance en formation j'ai plus confiance au système mais ça en lot on le sent bien aujourd'hui et l'actualité de manière qu'ils le montrent bien montre bien qu'effectivement cette crise à l'hôpital cette grande méfiance et crainte et peur que nous pouvons avoir aujourd'hui sur la prise en charge au moins être bien soigné etc etc et montre bien qu'on a une véritable crainte certainement aussi entretenue par quelques médias qui trouvent leur pain et leur beurre mais donc effectivement cette cette peur aujourd'hui qui ressort date de cette fracture que nous avons mur au début d'année donc sociétalement parlant on a moins confiance dans le système de santé enfin est donc c'est l'occasion peut-être de tout changer mais peut-être que pour vous et sérieuse si bien rappelé à ce moment de notre débat que nous fêtons l'anniversaire de la loi kouchner gvt est alors couche bien effectivement alors il ya aussi la convergence voix de certains événements les 20 ans de la loi kouchner qui doivent aujourd'hui nous faire un bilan de cette loi elle l'a fait et se projeter sur un nouvel élan de la démocratie en santé une plus grande participation je vais même plus loin que les usagers de la santé mon jour réclament une participation du citoyen effectivement de l'organisation des soins sur des territoires on peut être qu'on y viendra avec une véritable participation de l'ensemble des citoyennes de l'ensemble des élus des professionnels à définir des solutions les jeunes métis retrouver la confiance voilà on a une perte aujourd'hui de confiance dans le système ce qui peut nous est aussi annoncé et donc comment vont retrouver la confiance avec ces deux inconvénients que nous pouvons constater c est la perte de confiance et 2 c'est aussi un individu et la direction de l'entreprise ya le gros sur le fait que jamais quand même les questions de santé à l'occasion de cette crise nous on était sur la place publique comme c'est tout qweeby non mais enfin il a fallu de crise pour qu'aucun se rende compte qu'effectivement notre système de santé ma santé c'était important oui c'est je trouve que c'est peut-être normal ça n'était pas ça n'était jamais vraiment prévient préoccuper des temps où il était dans casanova lors de votre premier six jeunes médecins aux aides à l'hôpital ou ailleurs comment vous quelles conclusions sociétalement parlant qu'est-ce que ça va changer pour l'avenir alors il y a essentiellement gérés trois conclusions que j'ai pu avoir la première je crois c'est ce étroitement liée à la question de la confiance c'est la faiblesse du politique dans sa réponse et quand je dis la faiblesse du politique c'est pas les mesures que je suis en train de critiquer c'est la question de la cohérence du discours il ya des choses qui je crois ont laissé une marque indélébile dans l'esprit des français le premier c'était quand on a eu vécu cette espèce de moments de battement où on disait tout ça est très dangereux mais vous pouvez quand même au restaurant par contre mais telle masse qu'entre avant l'entrée puis vous pouvez l'enlever pour l'entrée il remettait le entre l'entrée le plat et ça c'était un élément je crois d'incohérences assez forte de même fort c'est pas un peu le trait annonce était le cas ça dure et ça n'a pas duré longtemps mais je me souviens très bien à tel point que je me suis on s'échange des articles de presse en disant est ce que c'est pas une fausse nouvelle qui a été annoncée ça dure et très peu de temps mais ça quand même pu passer de la même façon je crois qu'il ya un élément qui qui a beaucoup marqué les français c'est l incohérence qu'on a pu avoir en disant tout ça est très dangereux mais si vous voulez danser collé serré dans le rer b le matin pour aller travailler c'est acceptable alors donc ces difficultés de compréhension de ce qui se passait rien c'était dans tous les pays mais c'est parce que c'est un fossé entre le gouvernement et les français c'est pas un problème de compréhension c'est bien ça c'est à dire que en disant ça je suis pas en train de juger les mesures ce qui est très important je crois quand bien même on ne connaît pas exactement les les conséquences des mesures qu'on peut mettre en place c'est d'avoir une cohérence entre le message délivré et les mesures données et souvent on a eu de façon plus ou moins importante mais en tout cas mis ce match entre l'un et l'autre c'est pas une question scientifique c'est une question politique rapidement le deuxième le deuxième point évidemment c'est la solidité du système de santé au début on parlait de fragilité en réalité moi je pense que le système de santé français il a prouvé il est solide alors il est très gravement blessé ce qui est certain c'est que il a une capacité à s'adapter à la situation qui est absolument hallucinante que personne n'imaginait donc pour moi il est extrêmement solide il est fort mais il est terriblement blessé donc ça veut dire qu'il faut s'en saisir la problématique médiatement parce que la catastrophe là on la voit plus que jamais mais en tout cas moi je considère que ce système de santé au contraire il est vraiment solide et enfin le dernier point est plus social et sociétal si je crois qu'il ne fracture faisais pas je crois il ya une fracture très importante au plan sociétal entre deux france en gros de façon très caricatural une france citadine bourgeoise qui fait du télétravail est une france qui se retrouvent dans les magasins la halle usines etc en tout cas qui aidés qui ne peut pas par exemple comme ça c'est vu souvent alors ça c'est très parisien mais de partir dans sa campagne pour pouvoir mieux vivre le confinement beaucoup n'ont pas pu le vivre et ses inégalités là elles se sont révélées de plein de manières différentes sont révélés sur le plan évidemment de la question de logement elle s'est révélée au niveau professionnel s'est révélé aussi dans les résultats et la difficulté de haut niveau scolaire donc il vrai qu'elle en a eu tant d'autres dont les soignants dont les choix devant les soignants évidemment qu'on parlera quand on va évidemment parler d'eux évidemment on va passer la soirée s'est rapidement a dit peixotto parce que son sur le sondage bva est très intéressant juste peut-être un petit tour de table rapide sur sur le rôle de l'état on a vu que le la times un rôle très important pendant la crise avec ses difficultés et simplement ses incohérences mais est-ce que vous pensez que et en sort renforcée il n'en sera abîmée est-ce qu'on a une autre vision de l'état qui est pas forcément le voit politique gérard rapidement sur sur le rôle de l'état ou en france on sait que l'état providence l'état est on est on est on est très curieux un jeu complexe simplement l'intervention de philippe harlé très curieux pas votre analyse et les uns des autres de cette de la place de notre état central comme le disait d'ailleurs le professeur delfraissy qui revient des états unis avec les comportements des pays fédéraux c'est le genre un peu de politique ce matin oui c'est de la politique c'est vrai de la politique c'est le paradoxe je pense que l'état a appris les bonnes décisions nous sommes le seul pays au monde qui avons permis à chacun d'entre nous de pouvoir vous arrêter de travailler en téléchargeant un arrêt de travail et d'être d'être et être payé on a pris des décisions pour protéger l'ensemble nos concitoyens les plus fragiles etc etc peut-être que nous avons aussi pris notre part et un fait le boulot alors peut-être qu'on pourra revenir sur sa communication qui effectivement avait déçu mais c'est mal perçu c'est ça le paradoxe c'est que effectivement et le professeur delfraissy le montre bien notre système toutes les mesures qui ont été pris nous permet d'être quand même dans les pays l'est ceux qui ont le mieux protéger la population et donc non sort relativement peu affaibli de cette crise là en sanitairement bien mais les gens ne le reconnaissent pas alors pourquoi c'est que voilà donc pourquoi ce que je peux je quels enseignements peut on tirer je pense que la communication a été très mal faite ce que dit ce que dit le docteur est important et que effectivement aujourd'hui on est dans même dans cette ère de communication et d information extrêmement rapide et je crois que sur le côté scientifique sur des prises de décisions aussi importantes pendant que ça il aurait fallu peut-être prendre un temps de réflexion et peut-être aussi faire intervenir ou tout au moins partager avec l'ensemble de la société civile conseil si on ne peut pas dire qu'il n'a pas été présent alors j'étais là du côté scientifique a été présent mais lui porter une voix et il avait les tendres et politiques gens nous dira s'il avait le don de réfléchir justement jean françois delfraissy vous étiez au coeur de l'état indépendant mais au coeur de l'état lors quel est votre sentiment sur le rôle de l'état sur les failles et les enseignements consentir à lire l'avenir descente à l'erythrée centralisation ce mois ci des grands sanctions je me suis tu je continue à me situer comme un comme un médecin comme un spécialiste des maladies émergentes et comme comme ayant une vision très très ouverte sur la société vous savez je suis un bébé si die donc cet aspect de démocratie on santé j'ai un regret c'est comment ne pas l'avoir mieux porter je dirais durant cette triste par contre je vous répondrai pas sur la semaine et de l'état je ne suis pas un politique je suis un j'étais là pour qu'on était là le conseiller scientifique pour éclairer dans un climat d'incertitude je vous rappelle que c'est facile de faire arrêtons de penser uniquement à mars et avril 2020 on est en juin 2022 qui aurait pensé moi le premier d'ailleurs qu'on serait encore avec le variant au micron bea cinq là maintenant on pensait qu'on allait vers une crise de vingt ans peut-être aimé pas deux ans et demi elle n'est pas finie vous le savez et vous nous donnerez un petit point épineux alors je vais compter un assuré qui t'ont l'aspect français sortons nos pantoufles et lyon une vision intérieure il ya finalement trois grands types de réponses qui ont eu lieu il ya celle des démocraties la démocratie à certains moments a été touchée avec un certain nombre de restrictions des libertés individuelles mais pour mieux aller vers une vision de liberté collective et qui sortent finalement sur sur les aspects à la fois sanitaire mais pas que sanitaire à un niveau relativement je dirais bon avec plein de critiques qui peuvent être faites et je les admet volontiers mais mais qui qui se sortent en juin 2022 et l'histoire n'est pas terminée dans d'assez bonnes conditions il y en a deux autres extrêmes qui sont les us dont j'arrivais dont je vous disais que c'est le pays de l'innovation donc on a besoin des us quand on revient des usa on est remonté comme une pendule en disant comment ce à la fois ce peuple cette organisation poucet l'aide à l'innovation et qui pourtant arrive parce que il ya une une grande disparité dans l'axé rejoint sur les aspects de santé ceux qui dépensent le plus et c'est là où si on regarde sur le marqueur qui est le principal qui est la durée de vie on est avec un pays qui est très nettement inférieur à la fois au moment de la crise mais en dehors de la crise à ce qui se passe en europe puis en a le troisième aspect c'est une série de deux grands pays non démocratiques et où on nous laisse entendre en ce moment que ça aurait pu être un élément de réponse que les démocraties étaient des êtres fragiles et qu'elle n'était pas capable de répondre dans de bonnes conditions et qu' il fallait finalement autre chose que la démocratie et c'est le cas par exemple de la chine c'est le cas de lure c'est à dire c'est zéro co vide et c'est un échec total mais total il faut le dire pour arrêter de laisser raconter tous unanimes c'est aller chercher d'autres termes de mortalité morbidité d'accès aux droits humains il faut arrêter il faut quand même un moment donné redevenir raisonnable et les français l'ont compris d'ailleurs j'ai aucun état d'âme là dessus c'est les médias qui pousse à ça bon donc moi je m'oppose formellement à ça pour dire que 0 covin n'était pas la solution que d'emblée pensé il ya 18 mois de dire on va vivre avec ce qui va être le cas on va vivre avec les variants était je ne sais pas si c'est la bonne solution mais c'était une solution en tout cas qui étaient réalistes dans nos pays européens dans ce compromis entre démocratie et enjeux sanitaires et voilà et après tout n'a pas été parfait je vous la donnerais volontiers mais sur le fond les grandes directions ne nous trompons pas quand même pour arrêter un moment donné nous trompons pas nous ne sommes pas trompés plus tôt et vous le dites avec vigueur ça vous dirait oui parce que je pars si vous voulez dans cette crise je pense qu'il faut il ya eu cette période très particulière je suis d'accord avec vous sur mars avril 2002 bon tu parles de sidération très très bas qui n'a pas eu lieu qu'en france qui partage les global puis après on a repris tous nos rôles et dos droit et et nous envient et d'eau voilà et nous sommes à deux ans et demi et on va encore avoir à gérer donc disons nous que finalement et je quitte la france je parle vous avez vu des démocraties en europe jeudi la france pour la lourdeur du cal l'europe de l'ouest pour une partie d'entre elles et bien finalement actuellement le vivre avec s'avère finalement la solution qui a été d'ailleurs un point qui n'est pas le point de déployer jean françois delfraissy c'est quand même quelle est la part de la malbouffe disons aux états unis de ces obésité pas uniquement non mais pas uniquement lié à des problèmes d'égalité c'est quand même également un problème d d'état de santé de la population tout le monde va aux états unis on égale extrêmement frappé par souvent les mauvais comportements là notamment nutritionnel on est mais c'est bien la santé et le sens de la démolition de l'om est probablement un de la santé globale et où les agréments la pauvreté conçois qu'on soit clair les aspects médicaux à je pense que les gens de santé publique ne le disent suffisamment et ils ont raison les aspects médicaux et techniques telles qu'on les perçoit dans un premier temps ne représente que 35 % à peu près de la vraie prise en charge de la santé le reste c'est autre chose on être riche c'est quand même c'est la santé c'est la mal bouffe c'est à dire plus le débat rose qui je vous propose d'écouter odile opecst sur tout tout de suite parce que le sondage est en effet très très très intéressant et puis on re débattra sur tous les thèmes qu'on voulait développer bonjour à tous donc effectivement un sondage sur 100 qu'ovide et société je fais un petit préalable quand même toulon revient en france là pour le coup mais on a une activité médiatique aujourd'hui est une société qui est un petit peu aussi anxieuse par rapport à d'autres sujets la guerre l'inflation voilà il ya un cortège de mauvaises nouvelles qui explique voilà il faut pas donc là effectivement les questions étaient centrées sur le co vie de la société cette prise en charge par le gouvernement mais il ya tout un aéropage en un fond près assez sombre en fait d'anxiété de la population comme rarement on a eu tout d'abord quel est le statut vaccinal de la population française alors on a 12 % de français qui n'ont jamais été vaccinés qui ne sont pas vaccinés 1% qui a commencé mais qui est plutôt à une dose actuellement donc voilà 13 % qui ont eu les deux initialement prévues mais pas de dose de rappel 44% qui ont eu une dose de rappel troisième dose le plus souvent et 30% qui ont eu deux dose de rappel dont quatrième dose le plus grand donc on a globalement une population française bien couvertes par le système vaccinale l'action du gouvernement alors ona ce mois ci le record de la cote de confiance la plus basse du gouvernement cote de confiance en matière de santé on est à 27 % d'opinions favorables donc là c'est un record absolu vers le bas et paradoxalement quand même on voit que on a un français sur deux 49% qui dit que le gouvernement a globalement bien géré la crise donc il ya un clivage moitié moitié et vous allez voir cette moitié cette france fracture et on l'a sur beaucoup beaucoup d'indicateurs c'est peut-être un vrai sujet de voir qu'est ce qui peut faire sens pour refaire du ciment social refaire du vivre ensemble c'est un mot un peu galvaudé mais aulas on est vraiment dans un clivage très fort premier clivage bon une partie des français qui estiment que le gouvernement n'a pas trop mal fait ce qu'ils avaient à faire sur les opinions d'abord sur la maladie alors on a un seul élément de consensus à 83% des français qui disent il est urgent de prévenir ces nouvelles épidémies qui viennent des animaux et ont leur site et arrêts des élevages intensifs préservation de la biodiversité de ces donc des éléments un peu macro lié au concept de one health qui arrive quand même dans l'opinion et qui font l'objet d'un consensus donc ça c'est un élément de consensus ensuite vous avez 77% qui disent que ces mesures d'impact de ces mesures qui ont été prises de confinement notamment sur les jeunes ont été beaucoup trop lourde surtout pour les jeunes et on parle de randonnée comme exemple déficit scolaire isolement santé psychique donc vous avez quand même 77% des français qui sont d'accord sur le fait qu'on a quand même un peu trop fait mal à notre à nos jeunes 69 % qui pensent que l'aco vide c'est un peu comme une grippe ça va revenir chaque année c'est une maladie saisonnière donc une espèce de banalisation est effectivement l'idée qu'il faut apprendre à vivre avec avec un certain nombre de mesures est par contre deuxième élément de clivage fort 53% des français qui disent sacrifié la liberté de tous de se déplacer d'exercer de travailler pour préserver la santé de quelques-uns et pas la bonne solution donc l'idée d'opposer alors ça c'est un grand débat de la philosophe barbara stiegler 1 qui a écrit un bouquin là dessus etc mais opposer santé liberté n'est sans doute pas une piste sur lequel hormis des cas extrêmement particulier n'est pas une piste à suivre sur la vaccination est le même alors on a quand même 77% des français qui disent la vaccination n'a pas empêcher la transmission du virus donc une vaccination qui est certes protectrice des formes graves 74 % disent oui ça a évité beaucoup de formes graves donc elle est quand même positive et 63% qui disent aussi la vaccination a permis quand même de sortir de la crise sanitaire donc globalement plutôt une acceptation positive de la vaccination par contre il ya un deuxième clivage assez important on avait on avait mis un item assez fort ceci dit un pour nuancer un peu le propos on leur demandait ce que les vaccins contre lacko vide mis sur le marché sont absolument sans danger pour la population donc une innocuité total et on n'a que 48 % des français donc il ya quand même un petit doute c'est pas mal parce que l'item était très fort mais il ya quand même des choses peut-être qu'il reste à expliquer il ya peut-être effectivement ce moi je dis toujours que cette crise des deux ans là c'était une formidable opportunité d'accroître la culture scientifique des français parce que les français étaient prêts à la et c'était un sujet qui devenait vraiment important ça n'a pas été bien fait à ce niveau là alors quel est l'impact de de ces deux ans finalement on s'aperçoit que il ya alors encore une fois on n'est pas il n'y a pas que la copine il ya la guerre l'inflation etc mais on voit que on va on est dans une perception d'une société beaucoup plus individualiste 69% que solidaires 31% donc vous voyez avec ses idées de fracture comme on a vu sur des sur pas mal de sujets il ya quand même l'idée aussi que cette épidémie à sensibiliser la population à la prévention et à la santé publique 62 % des français sont d'accord avec ça mais par contre vous voyez une société française plus ouverte au débat scientifique il ya là il ya un clivage 48% et c'est peut-être un regret il y avait une opportunité d'expliquer un peu ce que c'est que la culture scientifique que ça avance que ça progresse que les résultats du jour ne sont pas ceux du lendemain qu'on avance pas à pas comme démontre que tout n'est pas simple voilà et les médias ont voulu des réponses très simple et simpliste alors si on se projette dans l'automne à l'automne on voit que effectivement on à 59 % de la population qui ont peur quand même qui a une nouvelle vague qui arrive d'ici l'automne alors on est déjà dans cette septième vague mais effectivement et on voit que c'est notamment le cas des plus âgés 73% des 70 65 ans et plus pense qu'il va y avoir une nouvelle vague is ils ont peur de ça donc ça aussi la peur est mauvaise conseillère et par contre on a vu que globalement la population française avait adhéré à la vaccination en majorité on leur demande une nouvelle dose de vaccin est recommandé à l'automne vous ferez vous vacciner on n'a que 46 % de oui on a 30 % de non et 24% 2 je sais pas donc on est aussi dans une période d'extrême indécision questionnement par rapport à ce qui se passe et les dernières questions on a essayé justement faire de la démocratie à base de sondages et adhérents leur dit vous êtes au gouvernement on on a dit aux français vous êtes au gouvernement une nouvelle vague de qu'ovide arrive avec un nouveau variant particulièrement contagieux et donnant des formes graves est ce que vous prenez les mesures suivantes alors la vaccination pour toute la population 62% des français sont d'accord dont une petite majorité mais une majorité quand même ce que les germes préférerais bien sûr c'est mais c'est pas non plus si évident que ça du poète de vue démocratie c'est la vaccination pour les populations les plus à risque seulement à 76% en ce qui concerne le confinement là par contre le confinement strict pour toute la population sauf pour les métiers indispensables comme ça a été au début de 2020 il ya que 45% des français qui seraient favorables ou en tout cas qui s'il était aux manettes le le mettrait en place et là encore c'est questionnable 63% qui sont plutôt ouverts à un confinement pour les populations à risque on voit quand même que là c'est un élément de consensus il ya une demande d'accélération des programmes pour préserver la santé de la population et éviter le surpoids se maintenir en forme manger équilibré donc voilà l'idée de prendre soin de soi pour prendre soin des autres il ya une très belle phrase qui est la santé c'est un processus qui convoque autrui et déjà qu'ils se convoque à soi même de dire mais qu'est ce que je peux faire moi ma petite échelle pour prendre soin de moi je pense que ces questions là ils sont peut-être un peu triviale mais je pense qu'elles sont absolument nécessaires et ça peut être une clé aussi pour rétablir du vivre ensemble un petit peu plus de manière un petit peu plus forte et le retour du pass vaccinale est très clivant aussi donc là on a quand même une histoire de fracturation il ya que 53% des français qui serait favorable et puis alors évidemment toutes ces questions sont priés par ceux qui sont vaccinées versus ceux qui le sont pas c'est évident que ceux qui n'étaient pas vaccinés un premières vagues sont hostiles à la vaccination en deuxième temps enfin à partir de l'automne etc voilà mon les résultats merci beaucoup odile commentaire oui moi j'ai soit pas de pascal mais nous inviter une question les jours 10 et qui ne sont pas vaccinés dans les sondages ils reconnaissent facile oui oui bah oui c'est secret sur la fin j'ai j'avoue je ne peux pas je n'ai pas les vrais chiffres parce que je suppose que c'est des statistiques qui sont extrêmement suivie mais je pense que le 12 % de non vaccinés alors il ya toujours la marge d'erreur de 1 ou 2 points mais je pense qu'on doit être à peu près c'est une étude très riche bravo réaction messieurs jean françois delfraissy ou gaëtan casanova sur la culture peut-être de la société non je n'y aurais pas sur la fracture jeu j'ai au contraire je veux dire que les français sont les citoyens français sont comme toujours beaucoup plus intelligents qu'on le pense ils l'ont été et ils l'ont montré durant cette crise où ils ont accepté un certain nombre de contraintes fortes très forte durant la première phase forte également avec la vaccination et ils sont compris que cette épidémie était n'était pas terminée mais qu'elle est évolutif que ce qui était vrai il ya un an et demi n'était plus vrai maintenant avec l'arrivée des variants qui sont plus transmis 6 mais probablement moins sévère et donc je ça me fera pas ça me frappe à chaque fois que il ya une série de grands sondages sur finalement la position de la population chaque fois bien sûr quelques extraits exister je ne vais contre moi cette idée que la france est coupée en deux la france est plus intelligente que la coupure en deux que veulent bien nous présenter l'ensemble des médias et je remercie j'en profite là pour remercier l'ensemble des français d'avoir eu cette résilience et cette compréhension de l'évolution de ce qu est l repli sur soi est ce que ce manque de solidarité qui apparaît ve c'est un déclassé déclaratives est-ce que penser que n'est pas rétrécissement du duo ensemble ils exigent stay avant la crise moi je l'avais lorsqu'on a mené les états généraux de la bioéthique ans en 2018 on avait déjà été frappé un peu par ça après il faut aussi le relativiser on a vu des choses magnifiques magnifique transgénérationnel kitty ceux qui se sont produites il ya une tendance générale des deux pays européens à aller vers une forme d'individualisme après on a vu d une fois de plus dans cette discussion entre cette maladie qui est totalement injuste elle est totalement injuste de dire c'est pas du gouvernement c'est pas les médecins qui l'ont rendue asus cse c'est ce virus qui touche les personnes les plus âgées les plus fragiles les plus précaires dans une certaine mesure et on a vu des choses magnifiques se produire en intergénérationnel donc là aussi moi je positive je sors de cette crise voilà j'espère aussi hier pour positiver oui gaëtan casanova alors positive et aussi ou pas il faut toujours l'être alors je suis je sais pas si je positive mais en tout cas j'ai un certain espoir ça c'est une chose en tout cas si vous voulez je pense effectivement la france elle est pas fracturée en deux ce serait un peu caricatural je pense qu'elle est plus morcelé que ça en fait pas en deux peut-être en plus encore et s'il était un exemple un élément pour pouvoir le montrer c'est la composition atypique de l'assemblée nationale qui est pas tout à fait classique surtout maintenant qu'on a des mandats qui sont alignés entre mandat présidentiel le mandat législatif donc ça c'est un élément qui assez marquant je crois et c'est là où je vais parler d'optimisme en tout cas d'espoir c'est que ça nous ça nous oblige à repenser dès le plus jeune âge et au haut niveau 2 de l'école tout simplement puis même dans les foyers à repenser le rapport qu'on a avec les informations en général on a beaucoup parlé des réseaux sociaux en gros si je vais caricaturer on a pu assister un phénomène où on écrivait déjà vent ou une parole qui va être envoyée sur des réseaux sociaux va avoir une crédibilité peu ou prou aussi importante qu'une qui pourrait passer à la télévision donc ça demande un effort supplémentaire par rapport à avant c'est être capacité à refuser cette capacitéà erard cheese et ben ça s'apprend c'est pas tout à fait huit yves certains longue mais en tout cas ça nous oblige dès le plus jeune âge avoir cette réflexion par rapport à l'information ce à la fois une richesse infinie est à la fois un danger et je crois et ça c'est le dernier élément que on a beaucoup souffert là je dis avec sévérité de l'attitude de certains politiques maintenant mon dieu heureusement disparu comme la députée l'ex-député bonheur et c'est là c'est extrêmement dangereux parce qu'on avait quoi qu'on en pense on avait des propos de responsables politiques élus qui était de toute évidence tout à fait irresponsable et extrêmement dangereux et ça c'était tellement énorme que ça se discute et elle même enfin moyens oui gailleton gates ont dit d'une chose importante effectivement les politiques pour autant on va vous interrogez notamment tous les deux sur les comportements des médecins de certains médecins car justement on essaye de manière très c'est notre passion préférée est bon comportement non mais justement sur le sondage on peut les citer il est très riche et il montre très bien effectivement aujourd'hui cette réflexion gueule que mène l'ensemble de notre société de nos concitoyens je pense que nous savons nous progressé que par cris cette crise cela doit nous permettre effectivement de progresser on appris quand même conscience si on en parlait depuis longtemps mais vino véritable conscience aujourd'hui général que notre santé est extrêmement tributaire de notre environnement que l'on forme que ça c'est important bien qu effectivement aujourd'hui l'environnement donc la sat et non plus le soin mais la santé est devenue quelque chose d'important et surtout massad des plus beaux mois bien on voit bien d'avoir la prise de décisions individuelles l'individualisme c'est ma santé qui est devenu un portable classique est un peu idéaliste parce qu'il ya eu aussi des ruptures des addictions qui ont été renforcées des démolitions impact sur les globalement bien tenu mais mais les addictions rembourser c'est peut-être ma façon de me soigner pour ma santé vous compliqué ça oui très compliqué mais bon voilà je prend peut-être quelques produits mais c'est pour me sentir mieux voilà c'est peut-être ce sera peut-être plus négatif de même mais bon on peut un peu toujours mais je trouve que aujourd'hui le concept de ma santé devenue extrêmement important donc comment derrière cette volonté citoyenne est assez globale de dire je je je veux agir et qu'on agisse avec moi pour massat et on essaie de reconstruire effectivement quelque chose de collectif là on voit bien là la transformation effectivement de notre système de santé dans cette voie là il ya aussi les figurants le le débat scientifique forcément que nous sommes nous aussi nous avons besoin de ce débat scientifique mais de grâce il a eu lieu sur des chaînes de télévision alors qu'il aurait dû avoir lieu d'abord au coeur des sociétés savantes et au coeur des académies avant d'effectivement de de se faire pourrait pas lent des choses qu on ne pouvait pas l'empêcher mais peut-être qu'on aurait pu le le lendemain le réguler j'aurais aimé nous reste 10 minutes et je vais dire à duras du foot on parle il faut qu'on parle du vivre un mec je voulais dire c'est ce qui va nous arriver sur un peu également surpris on a été surpris de voir que peut-être dans ce débat là au tout début que vous passions notamment france à 60 et n'interviennent pas plus vite dans le débat roche ça oui non non on est on est on est on est on est intervenue après la stupeur dès la première semaine de confinement on était intervenue mais on était complètement inaudible le professeur delfraissy avait pris la place et c'était normal et donc ont préféré écouter le professeur delfraissy que vous regrettez que qui vous est pas invitée au conseil scientifique oui on peut regretter mais après aujourd'hui toujours pour refaire l'histoire est ce qu'un membre de france associé au conseil scientifique aurait changé les décisions du conseil scientifique suis pas sûr nous avons agi différemment on avait la présidente d'arrêter car oui fait d'accord mais nous avons agi différemment je crois que nous avons agi différemment je trouve que peut-être on n'a pas été dans les médias parce que nous étions complètement inaudible mais nous avons agi dès la première semaine nous avons créé des liens et les liens continus avec le ministre de la santé avait le directeur d'alors de la caisse nationale d'assurance maladie avec la djs y compris de taza temps avec vous bien entendu et quand on a créé avec le professeur fisher non non on en a on a su et je le dis et je le redis fortement toutes les décisions qui ont été prises au niveau social on en parlait tout à l'heure je l'avais de travail sur la protection des des personnes à risque et tous ont été prises en accord avec nous ou tombé sur moi et moi et moi il nous reste 10 minutes il faut qu'on parle parle de l'avenir jean françois delfraissy vous ai dit vivre avec qu'est ce que ça veut dire le vaccin est moins efficace sur la transmission qu'on pouvait l'espérer il ya moins de forme grave il risque d'avoir de nouveau variant est ce que la grippe est un modèle acceptable socialement parlant c'est tout ce mouvement par an quand même à partir de combien de morts on va pouvoir se dire on vit comme d'habitude avec avec avec le co vide le vaccin s'est passé pour l'automne est ce qu'il y aura un nouveau vaccin et ce sera avec la grille tous les 3 comment vous voyez vivre avec le co vide dans les mois qui viennent et surtout à l'automne alors moi très rapidement pour faire partager ma vision très simplifiée de cette pandémie j'ai trois périodes l'année 2020 qui est l'année des confinement et des visions de d'une vision de décisions de santé publique complexe l'année 2000 21 qui est une course de vitesse entre variant les vaccins et l'arrivée des vaccins avec l'arrivée d'innovations et une troisième année qui et 2022 c'est au micro et la suite et donc vivre avec les variants et si on est avec cette vision assez simplifiée bon déjà on sait de quoi on parle et une fois de plus ne restons pas uniquement sur la période du début de l'année 2020 nous sommes à deux ans et demi de crise et il y aura encore dit vas y voir de nombreux mois avec alors le les vaccins qui sont enfin il faut quand même aussi le rappeler il y a eu à côté de l'ensemble de ces considérations sociétales et on sait bien qu'une crise sanitaire n'est pas qu'une crise sanitaire qu'elle est fondamentalement sociétal politique et qui dépasse très largement la vision médicale mais il ya eu des ans - une innovation médicale des extras ordina des vaccins mais reina il est attendu par leur efficacité en termes de formes graves et surtout la rapidité avec laquelle ils sont arrivés on est d'accord mais on s'aperçoit que haut niveau et contagiosité alors c'était délicat mais les limites l'aca montrer comment on va vivre avec ces agressions bavure avec ses limites parce qu'il va y avoir de l'innovation il faut pas rester bloqué à un temps donné si dans cette crise et dans les crises en général vous restez avec votre savoir de juin 2022 pour anticiper ce qui va se passer en décembre 2002 2022 ou en 2023 vous ça ne colle pas alors ça va les airs alors au lait les vaccins actuels ont une efficacité confirmé sans état d'âme sur la survenue sur la protection de lancer vers et de formes graves par contre il protège peu contre l'infection et la contagion et c'est assez contradictoire dans une certaine mesure je l'admets et y compris pour les médecins est évidemment pour les citoyens à à comprendre ce phénomène je crois qu'il vaut mieux l'europe le mans mais ce qu'on ne retrouve axa on n'a pas le bon vaccin alors on va avoir de nouveaux vaccins qui sont qui sont pas abrités par les deux grandes compagnies m et reina qui sont plus souples entre guillemets pour la fabrication de nouveaux vaccins et qui ont comme objectif plutôt non pas la contagiosité mais d'être active contre des variants qui serait plus transmissible et en particulier contre la série des mitrons donc on aura des nouveaux vaccins au mois d'octobre disponibles on a les premiers résultats qui existe à la fois chez moderne à échelle faiseur et qui montrent que ces vaccins qui sont des combinaisons du virus initial plus de la souche à microbes et un intérieur la soummam initiale le premier montre qu'il ya une protection qui est accrue contre les au micron général et contre et on vient d'avoir les résultats il ya trois jours contre b à 5 c'est à dire le barrier actuelle ces variants attend dr c'est une autre question est ce que ces vaccins sont suffisants non ces vaccins auront aussi auront et je le dis d'emblée un il ne protégeront pas bien contre l'infection et comprend la transmission s'est il faut autre chose il faut à nouveau mécanisme d'action elle est en particulier des vaccins avisé mücke donc faut vivre différemment alors des gestes barrières alors sur sur la situation actuelle on aura avec eux il faut se faire vacciner je dirais avec ce qui est en train de se passer avec ps1 pour les personnes les plus âgées et les plus fragiles aller vers une 4e vaccination si vous n'avez pas été contaminé par au micron durant la période du 1er semestre 2022 moi je vais vous donner un exemple le mien j'ai été contaminé au mois de début mars alors que j'avais eu ma troisième vaccination début septembre je vais me refaire vacciner dans les jours qui viennent et pourtant c'est pas ce qui est conseillé c'est un peu plus de trois mois après un petit tour je serai à plus de trois mois après après l'inf exemple vous êtes protégé par des infections je ne suis pas bien protégé contre la prétention je suis encore en partie protégé mais encore seulement très fort mais ce qu'on vient de voir et aussi que la protection contre ce mardi en baisse à 5,6 pour ça que ça évolue tout le temps été été moins bonne que contre le penser et toi qui est nouveau et est donc l'idée même pour les plus âgés les plus fragiles les personnes immunodéprimées les personnes ayant été traitées pour une transplantation pour un cancer d'avoir leur quatrième dose là maintenant oui je persiste et signe faites vous vacciner et pour la prépa et professeur delfraissy pour la population et les noms pour la population générale la réponse est non et je comprends traiter 60 ans et je comprends très bien des raisons l'ambiguïté qui peut y avoir dans ce message mais le risque pour la population générale il est plus faible et donc attendons pour la population de gérald de voir ce qui va se passer à la rentrée d'octobre de septembre octobre et avec quels types de vaccins nous vaccinerons population dernier point sur l'acceptabilité sociale de vis à vis de la grippe non c'est différent de la grippe on est a quand même à 17 à 18 millions mort sur sur les deux dernières années et je vous rappelle que y compris en france en moins un mois noir on est à on est à 30 cents us à et combien on a deux décès depuis la vague au micron on est à 33 me depuis fin des ces beaux coups plus que l'axé c'est beaucoup plus que la grippe donc mais dans une indifférence totale à la fois des médecins des citoyens des médias à dans une indifférence totale du monde envie de ne pas voir de telles que ses notes je pense que c'est le niveau 30 rock l on a à peu près sans le dire je me dis ce matin mais c'est le niveau auquel la population à peu près admet à partir du moment où elle peut vivre et son retentissement trente mille morts à droite mille morts photo me donner les dates d'ailleurs au micron s'arrêteront 3000 morts migros maigrot fin décembre parce que si la décembre 2021 jusqu'à 30 juin 2022 on est en gros tours dont il croit qu'en 2030 voire une précision qui m'importe quel est votre chiffre vous des morts dus qu'aux vide en france vous savez qu'il lui cette polémique entre 150 100 milles en terminant je ne mets pas spécialement en france je vous ai dit il y avait bien sûr qu'il ya discussion parce qu'il ya des cd du coc vite des cd avec le colis et puis ensuite il ya un certain nombre de pays qui sous déclare de façon massive en sûrs sans au brésil en inde en chine aussi disons le les dernières estimations la foi de l'om s et des deux grandes l'unité d'épidémiologie américaines qui travaillent sur le sujet totalement indépendante tourne autour entre 15 et 18 millions décès depuis le début de la pandémie sur les difficultés de l'été quand même et notamment hospitalière que nous voyons bien sûr tous ici nous l'hôpital va tenir l'un sur avec cette aggravation de cette septième vague votre sentiment je pense que [Musique] la situation hospitalière ne date pas il faut la crise mais est-ce qu'on va tenir le variant dé à 5 compte tenu de l'efficacité des vaccins sur la survie des formes sévères et formes graves on commence à voir un impact sur la vision hospitalière en termes de capitalisation classique mais je vais mouiller un peu je pense qu' il n'y aura pas d'impact majeur majeure dans les semaines qui viennent sur le système hospitalier mais nous sommes avec un système hospitalier qui est par ailleurs terriblement fragilise qui est dans beaucoup d'endroits sur les genoux et donc même je dirais un delta d'augmentation d'activités liées au qu'ovide vient se surajouter par rapport à quelque chose de très difficile donc je lui j'ai plutôt une vision assez optimiste grâce au vaccin grâce au vaccin de ce qui va se passer avec le ps 5 pour l'été j'ai des points d'interrogation sur la survenue d'un nouveau variant à l'automne et on aura un système hospitalier qui va tenir mais dans des conditions difficiles alors toujours sur une hausse est de 3 minutes sur le vivre avec pour les jeunes en particulier si vous êtes médecin vous êtes jeunes aussi est-ce que c'est ces contraintes de vaccins comme un de gestes barrière est ce qu est ce que vous êtes prêts à les accepter comment comment s'organiser pour réduire quand même trente mille morts en six mois c'est non le sujet c'est parce qu'on est prêt à le faire évidemment qu'on l'aimé le vrai suivi à deux sujets moi je crois pour les résumer très vite la preuve le premier c'est un sujet politique qui n'est pas directement liée à l'épidémie c'est la prise en charge réelle et forte du système de santé avec ses enjeux parce qu'au-delà de la pression réelle il va y avoir la pression ressentie et les gens qui vont baisser les bras donc ça c'est absolument essentiel donc un sujet politique est là la balle est dans le camp des politiques le second c'est de retrouver une vertu cardinale qui est la modération la modération dans la manière dont on approche les mesures qu'on va prendre en réalité ces lycées discours de jean françois delfraissy c'est à dire qu'on peut tout à fait accepté de type c'est typique pour la vaccination de se vacciner soi-même pour protéger les autres quand bien même les choses ne sont pas binaire c'est pour ça mais certains disent oui mais on peut quand même transmettre évidemment qu'on peut quand même transmettre la question est de la même façon on peut avoir une ceinture de sécurité quand même avoir un accident mortel est ce que la ceinture de sécurité est inutile c'est à peu près ce genre de débat là donc quand je dis la modération c'est d'essayer d'avoir une juste appréciation que les choses ne sont pas parfaitement binaire tel qu'un jour on aura un vaccin semble efficace 100% sur à peu près tout j'y crois pas trop parfait voilà donc sa demande d'avoir cette modération dans la manière dont dont on perçoit l'information et la deuxième chose c'est pour ça que là ya un optimisme on parlait de solidarité et d'individualisme c'est la meilleure opportunité de renforcer cette solidarité en se disant que les gestes qu'on adopte soi-même quand bien même on est peu concernée on les adopte pour soi évidemment mais pour les autres également et donc ça je crois que c'est un élan d'espoir en se disant peut-être que de cette crise qui peut durer encore longtemps on apprendra de nouvelles manières de se comporter les uns avec les autres et ça c'est plutôt une belle chose d'accord alors les patients leur vivre avec les mois qui viennent qu'est ce qui fait vivre avec on verra bien moi je pense que plus on verra bien je verrais bien qu'on va vivre mais moi je trouve que sur ce déni de démocratie qu'on a eu les premiers mois de 2000 verges parce que les gouvernants ont compris qu effectivement la société civile avait un rôle important à jouer et les structures qui les représenter et qui nous n'avons pas fait des médias certaines associations c'est quand même cela pour pouvoir porter notre parole france a sursauté puis cela peut-être faire pour porter des propositions et travailler à fait d'améliorer effectivement notre système de santé ce que je peux vous dire c'est que depuis quelques semaines quelques mois on sent bien aujourd'hui une volonté de nos gouvernants de nous à soucy effectivement à l'ensemble de la préparation des mesures qui vont être prises je suivrai assez prudent on va attendre encore quelques jours mais soyez persuadé qu effectivement nous faisons partie aujourd'hui et des rencontres de consultation qui sont à l'ordre du jour pour essayer de trouver une solution pour pouvoir mieux informer l'ensemble de nos concitoyens transformer notre système de santé en profondeur apporter des solutions d'urgence à l'hôpital pour pouvoir penser c'est c'est moi qui nous paraissent difficiles je trouve que la leçon qu il mieux que qu'il nous faut tirer c'est qu'effectivement la société civile a aujourd'hui sa part entière à être un acteur de la fondation nour et un tiers de la petite instabilité politique que nous connaissons inventent et d'istres de la santé c'est peut être dû aussi à cette instabilité la même si on a vu quand même des prémices bien avant d'une volonté de re faire participer la société civile les représentants que ce soit des usagers mais aussi d'autres d'autres secteurs à la reconstruction aurait fait la mac et sion exclu précise est-ce que l'instabilité fut gérard est bon vous avez compris ma question est ce que l'instabilité politique que nous connaissons aujourd'hui pourrait être inquiétante nous inquiète pourrait être inquiété c'est sûr elle était qu'ils étaient en l'air nous assure que la semaine prochaine l'affairé sera réglée donc à la rigueur profitons de ces jours qui nous restent pour continuer à travailler est arrivé avec de vraies propositions que lorsque à ce que nos politiques sommet commenté jean françois delfraissy je peux pas m'empêcher de lui poser comme cette question même si c'est difficile alerté la variole du singe qu'est ce qu'il faut en penser 15 secondes pour répondre [Musique] elle est mise en avant beaucoup parce que évidemment les médias très sensibilisée par ce qui s'est passé avec eux vite veulent ne pas rater le début d'une éventuelle nouvelle crise entre guillemets je n'y crois pas je n'y crois pas c'est que c'est quelque chose qu'on connaît depuis longtemps mais dans là c'est une maladie qui était jusqu'à maintenant plutôt des pays du sud quand je dis je n'y crois pas bien sûr que cette maladie existe mais je ne crois pas la gravité et l'existence d'une pandémie de ce type elle touche une population assez particulière quand même c'est une population sans sont montrés du doigt mais qui est une population plutôt de type homosexuels inquiète on est à voilà quelques quelque 120 / autour de 200 cas et on devrait encore augmenter là sur les semaines qui viennent on a un vaccin qui est disponible s'il madické peu sévère dans 99% des cas qui est à transmission sexuelle et de contacts et je vois là c'est la question la seule question qui se pose maintenant c'est si on la voit s'étendre un peu un peu plus non seulement en france mais en europe et aux états unis est-ce qu'il faudra aller vers une vaccination ciblée d'une population qui est nettement plus à risque et ça nous a rappelé qu'un tel que sauver ça nous a rappelé s'être sagna puisque ya 30 ans reçue nous nous interrogions sur balles mais juste avant bourse à tenir sur eux sur cette pathologie pour appuyer ce que disait gérard brémond et le ccn ne sort aujourd'hui un communiqué de presse là dessus sur le la réforme du système de soins pose un certain nombre d'enjeux éthique et en particulier la place du citoyen la place de l'usager et on va tous se retrouver là dessus est fondamentale pour la construction et une vision de la démocratie en santé belle conclusion aux enfants se déprécie ascain à moudre et à la basse et de vous souhaiter à toutes et à tous un bon été bel et héros comme ça va bien se passer action ou sur tous les fronts oui vacciner évidemment je remercie tout particulièrement celles et ceux avec philippe louvre merci on celles et ceux qui ont fait qui font cette émission cette série d'émissions des contrepoints de la santé merci à odile peixotto et abb a qui a fait une très belle étude aujourd'hui nous saluons notre camarade renault vous ne l'avez pas vue en haut de gamme mais il est avec nous en pensée heureux nous remercions évidemment françoise millet nathalie ratel emmanuel t la veille des acteurs de la santé ldc hortus merci à nos chers partenaires ont leur demandant de poursuivre leur engagement avec nous bba groupe pasteur mutualité medtronic point vision je salue françois plein qui est avec nous et care qui est avec nous également merci à toutes et à tous nous vous souhaitons vraiment un bon été bien protégés mais les dés et à septembre [Musique]