L'intégrale de l'interview du professeur Jean-François Delfraissy

professeur jean françois delfraissy bonjour bonjour président du conseil scientifique nous avons besoin de vous nous avons besoin de vous pour savoir et comprendre ce qui se passe 49 1610 nouveaux cas de co vide en 24 heures le chiffre augmente de jour en jour cinquième vague nous sommes en plein par la cinquième vague est ce que nous avons atteint le pic ou est ce qu'il faut s'attendre à pire alors on est en plein dedans 5e bac est liée aux variants delta sur lorient delta n'a pas bougé c'est à dire que ce n'est celle eux-mêmes variant delta qu'au mois de juin il n'a il n'a pas muté un doc on a fait rouvrir le ca c'est le même virus alors il entraîne cette cinquième vague pas seulement en france mais dans l'ensemble de l'europe c'est arrivé de l'europe de l'est puis ensuite de en europe de l'est de l'ouest c'est lié en grande partie finalement aux conditions climatiques qui font que l'on rentre chez soi et on a tendance à être se confiner entre guillemets et être entre eux soit cette vague elle est très rapide on l'avait déjà observé lors de la quatrième vague au mois de juin il ya une montée très très rapide pourquoi parce qu'il a un niveau de transmission qui est très élevé et on n'a jamais vraiment suffisamment pris conscience ce variant delta à un niveau transmission d'une personne infectée aux autres qui est vraiment très très élevé donc c'est le problème actuellement alors est ce qu on était au pic je ne sais pas je ne sais pas c'est que de quelques piques par le ton est ce que c'est le pic des nouvelles contaminations donc on est autour de 50 milles il y en a probablement beaucoup plus on dépiste pralong pas l'ensemble d'une part ou est ce qu'on parle du pic sur les conséquences sur l'hospitalisation alors sur l'hospitalisation n'est pas au pic ça c'est clair je peux le dire on est actuellement et pourtant on est d'un niveau déjà élevé on est actuellement autour de dix mille hospitalisation classique et 2008 sans suite alisation de lits occupés en soins intensifs pour vous donner un ordre d'idée sur la première dame en quête est quelque chose de très particulier deuxième vague on a atteint des niveaux autour de six sept mille euros suite à lisa sion en soin intensif ne pourra jamais il faut il faut absolument qu'on évite ça qu'on évite ça donc on est probablement encore avec du virus qui circule beaucoup beaucoup et encore un impact sur le système de soins qui va être encore décalés dans le temps qui va être encore décalés dans le temps alors pourquoi peut-être parce que le virus est moins virulent ou peut-être parce que la vaccination sûrement aussi protège considérablement mais je vais revenir là dessus je vais revenir là-dessus jean françois dalle fois ci je voudrais vous poser des questions sur noël sur les fêtes de fin d'année parce que nous pensons tous à cela comment allons nous passer ces fêtes de fin d'année ça pose la question de comment finalement quelle stratégie vis-à-vis de cette cinquième vague delta et il ya deux trois grands axes stratégiques le premier c'est la vaccination et on va y revenir avec la dose de rappel en fait fondamental mais on va y revenir le second c'est tout ce qu'on fasse un effort sur les mesures de protection des mesures barrières tant au niveau individuel que collectif les données de simon cauchoise de l'institut pasteur montrent que si on a une amélioration de 10 20% des gestes barrières au sens très large du terme c'est à dire diminuées les contacts continuer à porter le masque là on ne portait plus réduire réduire les les personnes et les rassemblements utiliser plus l'utilisation de l'aération dans les pièces et bien un 20 % de gains ce qui est possible c'est pas considérable c'est un enjeu collectif permet d'avoir un impact sur le système de soins c'est sur la conséquence en terme d'impact sur l'hospitalisation qui pourrait être suffisant car associée à ce que noël est en danger alors noël n'est pas en danger si nous faisons tous attention et si nous avons tous à la faux titre individuel mais aussi des décideurs collectif c'est-à-dire il ya dans les entreprises on n'aille plus sur le télétravail qu'on est moindre rassemblement qu'on se dise mais juste si j'avais une réunion dans les stades ou des grands rassemblements politiques tiens je pense à ce qui va se passer dimanche jean luc mélenchon eric zemmour il faut quoi il faut imposer des spas sanitaires pour ce match et on est là dans la vie démocratique et je me suis qu'un pauvre medecin oui oui mais je suis aussi un citoyen donc il faut que la vie démocratique puisse se passer oui par contre je pense qu'en effet un certain nombre de précautions sur ces rassemblements qui doivent avoir lieu au mois de décembre l'utilisation par exemple du pass sanitaire ne m'apparaît pas quelque chose de si difficile que ça pour les grands rassemblements est ce que pour noël nous risquons d'autres contraintes je parle de la contrainte de déplacement limitations de déplacements ou même où même un confinement un confinement partiel tout est fait au niveau de l'ensemble des autorités pour éviter un confinement et de la part des scientifiques également nous ferons tout pour éviter un confinement mais mais bien sûr ça reste dans la boîte à outils ça reste l'outil de terminale un peu mais un peu barbare qui ont érigé d'utiliser au début oui n'oublions pas et on va y revenir qu'on a en termes d'innovation avec nous la vaccination et ça va dépendre du niveau du de la dose de rappel mais aussi l'arrivée de nouveaux médicaments contre lui que oui je vais vous peuvent aussi modifier les choses je vais vous en parler mais auparavant je voudrais que nous parlions vous parlez du farif delta qui est là c'est c'est lui qui contamine aujourd'hui j'aurais parlé du var hier au micro dont on parle tant alors eu un cas avéré à la réunion est ce qu'il ya des cas vers air métropole pas à ma connaissance mais les choses peuvent évoluer très vite chaud l'instant je ne serais pas étonné qu'il en arrive oui dans les jours qui viennent ce variant au micron donc et arrivent d'afrique du sud oui c'est le variant qu'on craignait c'est à dire c'est le variant qui a des mutations qui se situe en particulier dans ce qu'on appelle la protéine spike qui est la protéine qui sert à accrocher le virus à son récepteur et c'est la protéine aussi sur lesquels contre lesquels sont dirigés par la zone du virus plus exactement aux êtres laquelle sont dirigés les vaccins dont qui a 30 mutations dans cette protéine spice qui beaucoup c'est considérable et puis une dizaine de mutation qui sont ailleurs et quand on analyse d'un point de vue scientifique de ce qu'on appelle en phylogénie et bien ce variant il arrive de nulle part c'est à dire la suite par exemple du delta c'est pas un delta modifié que c'est annoncé un nouveau variant qui arrivent et qui s'est constitué oui jean françois delfraissy mais julie ici et là des avis d'experts déjà j'ai vu le ministre de la santé israélien par exemple dit ne soyons pas trop inquiet avant qu'avec ce variant la mutation d'un virus peut le rendre moins virulent et entraîner une maladie bénigne c'est vrai parce que pour l'instant apparemment ce variant n'a pas tué alors ce variant est arrivé en afrique du sud qui n'avait qui n'avait plus de 2,2 de virus circulant oui contrairement à l'europe où nous avons cette cinquième blaye donc il arrive et il a le champ libre devant lui donc il rit en train de de d'arrivée de sa salle et deux en europe cède les conditions sont différentes on a une circulation du delta on en a parlé auparavant qui est très importante on a par ailleurs une une niveau de vaccination qui est beaucoup plus important en afrique du sud ils sont à peu près à 25% oui avec des série de vaccins qu'ils étaient un peu moins puissant que les vaccins amène donc on est dans des conditions différentes donc voilà je nuance en effet il faut qu'on il faut qu'on ait une attitude d'anticipation vis-à-vis de ce virus et il ya beaucoup d'incertitudes encore mais ne nous trompons pas de combat le vrai combat le vrai ennemi c'est la cinquième vague avec le variant delta le vario mitron il me l'avait être un certain temps avant de s'installer en france et en europe en général nous on le situe au niveau du conseil scientifique plutôt après dans deux ans début 2022 ou fin janvier 2022 ce qui nous laisse le temps de nous préparer et la réponse à la cinquième vague et la réponse à au micro c'est la même c'est le rappel vaccinal le rappel vaccinal alors vous dites quand même ils risquent de s'installer ce mario fin janvier ou début février 2022 ça veut dire que l'épidémie va se poursuivre encore plusieurs mois si je vous comprends bien si je vous écoute bien vous m'avez vous même rien compris c'est à dire que on devrait assister mais où on a beaucoup d'incertitudes moi je dis ça beaucoup de deux oui humilité sur la sur la science oui on devrait voir progressivement ce variant micron changé et prendre le dessus sur le variant delta pourquoi parce que d'en prolonger épidémie prolongée dans une certaine mesure l'épidémie mais avoir en face de lui en particulier en europe une population qui sera très largement vacciner alors justement là n'oublions pas les médicaments alors en europe la vaccination la commission européenne appelle les pays de l'union européenne à réfléchir à la vaccination obligatoire est-ce qu'il faut lire matin j'avais à votre place françois bayrou qui demandait que l'on ouvre le débat sur la vaccination obligatoire en france est ce que vous y être favorables écoutez c'est cette une c'est une vraie question qui est une question essentiellement politique et qui qui sera une décision politique oui mais ça leur place sur le circuit sur le plan scientifique j'étais jusqu'à maintenant je dirais très nuancée vis-à-vis de cette vaccination obligatoire et le conseil scientifique et vous le savez et qui était uniquement une structure de conseil aux autorités a conseillé d'aller plutôt vers le pass sanitaire parce que s'est engagé à aller vers la vaccination sans obliger bras sable ce qui me gêne c'est d'abord d'un côté un peu démocratique l'obligation le second point c'est qu'est ce qu'on va faire avec une obligation actuellement par exemple ne sont pas n'ont pas été en primo vaccination seyant primovaccination encore six cent mille personnes de plus de 80 ans moi j'en connais qui originaire du cantal vous le savez je reconnais dans le comptage les ai vus cet été j'ai essayé de les convaincre les petites mamies on vous la renvoyez les gendarmes si on s'y rend la vaccination qui était vacciné sio mais on leur envoie déjà des équipes de vaccination on va vers il ya d'ailleurs une progression on y compris chez ces personnes en arrêt whissell nombre de personnes qui refusent la vaccination je suis encore nuancer mois sur la notion oui j'oubliais si vous êtes en train d'évoluer je le sens jean-françois je suis nuancé encore sur cette notion d'obligation des obligations encore nu qassam et vous n'a pas opposé est-ce que ça mérite qu'on ouvre le débat et puis nos pratiques oui d'un point de vue strictement médicales et scientifiques ou est-ce que ça peut apporter quelques alors est-ce que ça peut apporter que je n'en suis pas certain c'est à dire qu' il faudrait obtenir avec l'obligation un résultat sur l'obligation qu'ils soient quasiment 200 % on envoya de 90% est-ce qu'on a les moyens dans nos pays démocratiques d'arriver à ce résultat autriche le président et l'autriche l'a décidé à l'allemagne pour mail y réfléchit regardons ce qui va se passer en autriche oui parce que c'est bien de décider voilà qu'est ce qui se passe en réalité oui et la nouvelle calédonie aussi c'est un contexte quel parquet dès janvier à partir du 1er janvier bon donc vous dit pourquoi pas voici que le débat que l'évolution chez vous aux gens que les débats soient posées on est un pays démocratique il faut qu'il soit posé je suis très nuancée encore mais il avait de cette notion bien beaucoup s'interrogent aussi sur l'efficacité des vaccins alors est ce que aujourd'hui avec le recul on a plus de doutes sur l'efficacité des vaccins ou est-ce qu'on garde une confiance absolue dans l'efficacité des vaccins dont on garde une confiance forte forte sur l'efficacité des vaccins mais de quoi parle-t-on les vaccins congo vides ont une grande efficacité pour réduire la survenue de formes sévères et de formes graves ainsi c'est incontestable c'est incontestable mais mais au fur à mesure du temps et en particulier chez les personnes âgées il y à une perte de cette efficacité avec le temps et on constate une perte d'efficacité à partir de cinq mois ou six mois d'où d'ailleurs la décision de proposer un rappel du à partir de cette période on a cru initialement que cette perte d'efficacité était seulement chez les personnes âgées et on sait maintenant qu'elle survient les éclés israéliennes l'ont bien montré également chez les personnes plus jeunes ça survient de façon moins marquée + décalé dans le temps mais ça survient c'est à dire que cette vaccination perd de son efficacité avec le temps ça c'est ton premier point le second point une vaccination est faite aussi pour lutter contre l'infection et la transmission du virus au début on ne savait pas si ce vaccin protège et ensuite on a cru qu'il protégeait de l'ordre de 70% et on sait maintenant qu'il y à une baisse très rapide de cette efficacité sur la transmission et qu'au bout de six mois on peut se retrouver à une efficacité de l'ordre de 20 à 30 % donc on dit ceci bien et je sais que c'est très difficile à comprendre y compris pour les médecins ils ont du mal à le comprendre cette distinction sur le rôle de la vaccination qui protège de façon très significative contre la survenue de formes sévères et de formes graves mais qui protègent mal contre la transmission je comprends globalement si vous êtes vacciné actuellement vacciner calmez vous avez dix fois moins de chances dix fois moins de chances de risque entre guillemets oui d'aller en réanimation et de décéder que si vous êtes non vaccinés dix fois moins dix fois où on va leur prendre en sens inverse les non vaccinés ont dix fois plus de chances oui ou de risques de décéder et d'aller en réanimation par rapport au vaccin donc il ya pas photo une autre image par exemple c'est qu'actuellement avec ce variant delta d'accès 7,7 grande circulation virale regardons ce qui passe dans nos ehpad noé patron était très vaccinés ou et personne n'est pas dans l'action eh bien il ya de la contamination dans les ehpad ces vaccins protègent pas très bien contre la contamination mais vous n'entendez pas par c'est vrai et ça depuis des mois on ne parle plus finalement tellement des ehpad ils sont protégés contre la morbidité mortalité donc rappelle alors je m'en rappelle alors donc s'il faut cesser rebooster away cinq à six mois et on a beaucoup de données sur le rappel ce rappel permet en deux ou trois jours d'obtenir une réponse immunitaire chi x entre huit et dix fois plus c'est à dire c'est et on est boosté en est résulté qu'on va s'en dire on a et on a une protection au bout de probablement moins d'une semaine faire c'est l'efficacité immédiate c'est à dire que riz pour l'aisne dans la lutte contre la cinquième vague si on se en à son rappel maintenant on est protégés de façon très significative dans sept jours et pendant plusieurs mois alors pendant combien de temps je ne sais pas à d'accord oui parce que si c'est je ne sais pas louis et les certains évoquent l'idée que cette vaccination que vite comporterait normalement les deux vaccinations plus un rappel je suis un peu plus prudent jeudi que nous allons regarder et on verra s'il faut éventuellement un autre rappel après les médicaments les médicaments on en avait jusqu'à maintenant pas de médicaments directes contre contre le virus n 20 avant à la ronde sinon les anticorps monoclonaux où ils sont gays qui sont des injections qui sont importantes inventions de la porter le message à passer dans cette cinquième vague c'est que les personnes qui ne sont pas vaccinés en particulier et qu'ils font et que vides peuvent avoir accès à un traitement immédiat et il faut qu'elle a il faut qu'elle le demande à leur médecin met évidence et c'est une injection donc c'est plus facile si on anémique allemands qu'ils sont prenables par la bouche et on a deux médicaments qui sont en train d'arriver le premier qu'étant france qui s'appelle le mot nude père à bir qui est un médicament riche et merck et qui réduit de façon moins importante qu'on ne l'avait cru mais d'environ 40 % le risque quand on est infecté d'aller vers une forme sévère et on peut l'acheter on peut le trouver il sera donc ne vous ne le trouverez pas en pharmacie comme tel il met par contre les médecins pourront le prescrit on l'a prescrit et est vraiment c'est une nouvelle stratégie si vous êtes testé que vous soyez vacciner ou non vacciner et surtout si vous êtes ton vacciner évidemment vous avez plus de 65 ans il faut maintenant immédiatement posé la question votre maître à votre médecin est ce que je peux avoir accès au menu permet à condition que ce médicament soit prescrit dans les deux ou trois premiers jours et puis on aura un médicament à partir de janvier 1 et limiteur de protéase issus d'ailleurs de la recherche sur le vih sida est qui et qui va disponibles et probablement encore plus efficaces donc on aura cette stratégie de test and treat c'est là c'est une nouvelle palette qui est à notre disposition j'ai quelques questions directes faut-il revenir à la gratuité des tests pcr coûteux ce une décision là aussi des autorités sanitaires y mais cela sanitaire est ce que sur le plan sanitaire les il faut bien comprendre que la majorité des personnes pas la majorité mais en tout cas une bonne partie des personnes qui vont s'impliquer maintenant auront été des personnes vaccinées comme je vous l'expliquais tout à l'heure et donc elles ont accès et je redis ce si vous êtes vacciné et que vous avez des symptômes allez-y premier enfant ne pensez pas que vous êtes totalement protégé et c'est ce que j'ai indiqué et deuxièmement allez-y vous faire le fait allez vous faire tester est-ce que vous recommander la vaccination des enfants 5 12 ans parce que files sera disponible dès le 13 décembre dans l'union européenne alors c'est ans est en cours de discussion vous le savez la haute autorité de santé a recommandé avant-hier pour les voeux pour les enfants qui avaient des pathologies a way to lay a gelé néfice individuel direct pour le reste les enfants ne font pas de formes sévères ou formes graves ou très peu l'idée c'est de pouvoir les protéger pour qu'ils aillent complètement à l'école vous savez que la france est un pays qui a conservé l'éducation comme une priorité majeure et c'est une très belle réussite de des autorités et donc on se demande si le vaccin pour aider à ça il ya une interrogation niveau de la haute autorité de santé du groupe du comité vaccinale et le ccn eux également est un fait pas l'effort il y aura des réponses dans les trois semaines vous feriez vacciner vos petits enfants alors je vais vous répondre très simplement j'ai un bruit fisc et aux états unis oui kate à new york dans une école publique à new york pour montrer la différence sont va pas a reçu un e mail le matin à 10h lisant nous démarrons la campagne vaccinale à 14 heures vous êtes oui non si vous n'avez pas répondu avant 13h en relaxine il va appeler un peu affolés et je le dis il est aux états unis dans une école publique il faut s'adapter à la culture du pays et donc tu le fais vacciner qu'il ya des vagues chine à quel âge at il il a 58 5 en 2000 a été vaccinée bien professeur jean françois delfraissy la femme la fermeture des frontières tout le monde parle de la fermeture des frontières empêche tel le virus de circuler non le virus ne connaît pas de frontières oui la preuve le virus est déjà présent dans plusieurs pays d'europe et dans plusieurs et y compris hors de l'europe en or de l'afrique du sud il peut réduire dans un premier temps je dirais l'augmentation significative de la circulation d'un nouveau variant mais ce n'est que transitoire ça permet de gagner mais ton dix quinze jours mais c'est important de gagner 10 15 jours dans le sait qu'en ce que je vous ai donné c'est à dire nous sommes dans la cinquième bague l'enjeu c'est la cinquième vague on décale l'arrivée du variant micron et plus on le décale dans le temps plus en a le temps de vacciner dans dix quinze jours c'est précieux donc c'est et c'était logique vous avez vu la réactivité ou à la fois des scientifiques et des autorités sanitaires en général qui ont pris cette décision la différence par rapport il ya sur les premières les deuxième et troisième bague donc moi je trouve ça assez logique que ça a été fait et puis maintenant il faut regarder en fonction de ce qui va se passer pendant combien de temps et selon quelles modalités on le conserve les vaccins accès facilité dans le monde entier c'est indispensable jean françois delfraissy oui mais n'opposons pas comme a tendance à le faire le ms qui dit pourquoi vous vacciner avec une troisième avec une avec un rappel d'un beau pays du nord riche alors même qu'elle ait pays du sud je trouve que c'est une erreur scientifique majeure de l'organisation mondiale de la santé tout le bénéfice de la vaccination dans les pays du nord va reposer sur cette injection de rappel comme on en a discuté donc il faut pas opposer le nord et le sud le sud a été touché par par le variant mais il y a une génération qui est complètement différente c'est une maladie des personnes âgées on l'a bien compris le sascoc 2 est là et la courbe démographique est complètement différente en afrique des études de l'année reste récentes montrent que 10 à certains pays le mali la rdc le cameroun qui sont avec 60 70 % de dents de jeunes qui ont déjà été touchés donc il faut bien sûr aller vers une vaccination généralisée et il faut aller vers on est à 6 % il ya du chemin des chemins mais il ya 20 % 20 % de personnes qui sont prioritaires au sud et déjà vaccinons les ce sont les personnes les plus âgées et les soignants parce que c'est un bien précieux et j'ai une dernière question sur le sida c'était hier la journée mondiale de lutte contre le sida 680 mille morts de maladies liées au sida l'année dernière dans le monde 2 6 2 n'a pas disparu loin de là ce que le dépistage du vih a été perturbée par le cos vide oui la prise en charge des patients assez peu finalement mais le dépistage où il ya eu un retard au dépistage - je crois en mon estime autour de -24% à peu près dans l'ensemble des pays et vous et vous savez que plus on est pris en charge tôt oui sur cette magie - on va contaminer si les reculs et le sida recule parce que il ya eu tant des les papas rapport trithérapies qui sont ils arrivés en en 1996 oui c'est une longue histoire limiteur de protéase d'ailleurs contrôle contre le sarcopte de il est issu de cette histoire et le il recule on a maintenant des traitements qui permettent d'être pris pratiquement que tous les mois avec d'une injection ce dock c c'est fantastique quand je vois ces progrès il nous manque le vaccin alors je dois dire que on ne savait 30 ans qui est une recherche sur le vaccin contre le sida un échec de recherche peut-être que les vaccins de type arn messagers ont changé la donne tirons si des leçons et je le dis aux associations d'aidé du contexte de l'acceptabilité des vaccins sur le sort ce coq 2 re s'interroger si nous avions un vaccin contre le sida et le vih comment il serait accepté merci professeur jean françois delfraissy d'être venu nous voir ce matin il est 8 heures 54