Cinquième vague : Karine Lacombe s'exprime sur la situation à l'hôpital

tout d'abord un point sur l'état à l'hôpital alors il faut savoir que quand même depuis 18 mois dans la plupart des services de maladies infectieuses et beaucoup de service de médecine interne on a continué à prendre en charge des patients affectés par la copie de 19 et qu' on est on a vu au jour le jour changer le profil de ces patients jusqu'à la vaccination évidemment c'était tout un chacun alors bien sûr avec quelques facteurs de risque supplémentaire mais on a vu des personnes tout à fait bien portants 200 facteurs de risque est hospitalisé puis certains passaient en réanimation est décédé depuis qu'on a accès à la vaccination le profil a énormément changé 80% des personnes qui arrivent à l'hôpital avec une copine 19 ne sont pas vaccinés et c'est celle qui sont majoritairement les passions qui passe en réanimation et qui décède les 20% à peu près de patients qui sont vaccinés qui arrivent malgré tout à l'hôpital sont des personnes qui ont des facteurs de risque dans particulier d'autres comme mobilité et surtout qu'ils ont une deuxième dose qui est assez éloignée en général 5 6 mois voire plus de leurs nouvelles infections donc on voit bien que la vaccination en tout cas dans le contexte du delta a vraiment bien marché d'ailleurs c'est ce qui a permis et c'est ce que l'on voit actuellement malgré l'augmentation très brutal delà de la transmission nous ne sommes pas submergés nous avons plus de travail nous avons recommencé la réunion des cellules de crise nous commençons à ouvrir d'autres lits mais nous ne sommes pas submergés et j'aurais pu penser que en faisant abstraction du possible impact de l'eau micro on aurait pu faire face à sète à cette quatrième vague au niveau hospitalier donc je le rappelle vraiment en a tendance à dire parce qu'on a des cas de personnes vaccinées à l'hôpital le vaccin ne marche pas qu'on aurait t'il été si on n'avait pas eu la vaccination évidemment là où également les choses changent et on voit bien qu'on est coco le col et qu'on est dans une détérioration de la situation on recommence à avoir quelques cadeaux transmission nosocomiale donc en particulier de familles qui viennent visiter des patients hospitalisés qui leur transmettent l'infection on a également quelques membres du personnel soignant mais pour l'instant pas du tout de l'ampleur de ce que l'on a pu avoir avant donc ce qui prouve bien que la vaccination change tout de même permet de soulager l'hôpital en tout cas de la part d'investissement sur la colline 19 en revanche que l'on voit c'est qu'on est bien sûr en tension à cause de toutes les pathologies hivernales et en particulier une population âgée qui est qui a été très vulnérable vulnérabilisés par la pandémie [Musique]