Olivier Véran n'aime pas qu'on lui rappelle ses erreurs durant les 3 premières vagues

oui merci monsieur le Président non mais tout simplement et des fois il faut savoir se rappeler tout ce qui s'est passé donc première vague chers amis soignants allez travailler sans masque vous ne risquez rien deuxième vague pas d'altruisme chers amis soignants vous êtes porteurs du covid vous êtes malade mais un symptôme allez travailler tant pis si vous rendez vos patients malades troisième vague amis soignants vous souhaitez vous vacciner mais vous avez moins de cinq non c'est pas faux monsieur j'y étais troisième vague amis soignant vous souhaitez vous vacciner mais vous n'avez vous avez moins de 50 ans vous attendrez quatrième vague à mi-soignant vous n'êtes pas à jour dans vos vaccinations pendant une quatrième vague vous serez licencié on marche sur la tête vous avez pris des décisions pendant les trois premières vagues qui nous ont mis nous dedans prenez pas des décisions pour la quatrième vague qui vont encore nous mettre dedans et où à l’après vous allez arriver ici et dire on pouvait pas deviner ben non si on vous le dit ici c'est trop dangereux et si les aides soignants les paramédicaux sont les moins vaccinés c'est peut-être parce qu'ils sont en première ligne et qu'ils ont attrapé le covid et qui doivent attendre plusieurs mois avant d'avoir droit au vaccin parce qu'ils ont attrapé le covid et qui doivent attendre pour être vaccinés monsieur le ministre avant il y a des limites et la démagogie madame qui a tué je suis désolé je vais pas remettre une pièce dans la machine il y a des limites il y a de la limite parce que parfois la démagogie voyez-vous elle est inoffensive elle nous amuse dans un hémicycle où elle nous occupe parfois la démagogie elle s'extrait de l'hémicycle elle est véhiculer sur les réseaux sociaux et je ne crois pas madame la députée qu'en responsabilité en tout cas je ne crois pas que le message que vous êtes en train de véhiculer soit de nature à encourager les soignants à avoir confiance dans la vaccination et à se protéger et à protéger leur patients c'est pourquoi je me permets d'intervenir ce n'est pas du tout pour sauver le bilan du gouvernement je pourrais vous parler du Ségur des syndicats y compris Force ouvrière qui ont signé qui était à mes côtés la semaine dernière pour célébrer les un anus Ségur parce que les soignants on les a augmenté comme jamais personne ne les a augmenté dans ce pays je ne vous parle pas de l'investissement dans l'hôpital le changement de gouvernance de la place donné à des paramédicaux dans les instances du gouvernance des hôpitaux qu'elle n'avait pas accès je vais juste vous dire que la député les soignants étaient les premiers avec les personnes très âgées des EHPAD à se voir proposer les vaccins et on leur a proposé les vaccins directement là où il travaille dans les services dans les unités hospitalières dans les EHPAD on y est depuis le mois de janvier madame la députée depuis le mois de janvier et vous avez des établissements type EHPAD vous avez 95% du personnel toute profession confondue qui est vaccinée et vous avez des EHPAD où vous avez moins de 30% du personnel qui est vacciné on voit là que le problématique pardon n'est pas une problématique de communication nationale mais davantage un travail de conviction locale avec parfois des gens qui vont avoir une conviction contraire à la vaccination et qui vont emporter autour d'eux moi je considère que cela met en danger la vie des soignants c'est la merde danger bien avant enterrement de la part des soignants qui évidemment n'imagine pas une seconde je vous avais j'en rencontre aussi beaucoup parce que je fais aussi beaucoup le tour des hôpitaux des EHPAD et je vois des soignants qui me disent ça sert à rien je me vaccine je respecte barrières je mets déjà le droit alcoolique je porte le masque je ne contamine personne mais si c'était madame la députée suffisait de faire attention d'être très attentif pour ne pas risquer de contaminer des gens ça se saurait or nous avons des clusters dans des EHPAD et dans des hôpitaux et pour les Français qui sont concernés pour leur famille il est insupportable de se dire que quand on est très fragile et qu'on est à l'hôpital c'est aussi l'endroit où on risque d'attraper le covid et nous voulons faire des hôpitaux et des EHPAD des sanctuaires dans lesquels le covid ne rentre plus et pour cela nous avons besoin de vacciner à commencer par celles et ceux qui hante pour y travailler et sauver des vies ça c'est le discours de vérité madame la députée la démagogie je vous la laisse je mets donc en bois 185 avis défavorable comme il est rejeté alors pour un rappeur règlement même merci article 70 alinéa 2 pour mise en cause personnelle non je ne fais pas de démagogie tout ce que j'ai dit sur la première deuxième et troisième vague ne pouvait être que vrai j'étais soignante au CHU de Nancy et c'était un témoignage monsieur le Président je non on ne m'a pas enfin on m'accuse de faire de la démagogie vous me parlez de Ségur monsieur le ministre moi je vous ai pas parlé de Ségure quand je vous tous tout ce que je vous ai dit sur la première deuxième et troisième vague son vrai donc je n'ai pas fait de démagogie j'aimerais que ce soit tiré